URBANISME – MOBILITÉ

Partager sur les réseaux sociaux

Pour maîtriser notre développement, Tournefeuille a fait inscrire dans le PLUi-H une disposition majeure dès 2019 :
Les permis de construire pour des logements collectifs sur les secteurs de la Ramée, Marquisat, Ramelet Moundi seront refusés tant que les projets routiers et de voies de bus promis par Tisséo et Toulouse Métropole ne sont pas programmés et réalisés : Boulevard urbain du Canal Saint-Martory, Boulevard du Marquisat, et chemin de Ramelet Moundi.

LA VILLE CONSTRUIT-ELLE TROP, TROP VITE ?
Tournefeuille prendra sa part juste pour répondre à l’attractivité du territoire et aux besoins de logements fixés par les 37 communes de la Métropole. L’objectif qui est inscrit dans le PLUi-H ne sera poursuivi que si les voiries sont concrétisées.

LA VILLE CONSTRUIT-ELLE TROP DE LOGEMENTS SOCIAUX ?
Avec 16 % de logements sociaux, Tournefeuille rattrape peu à peu son retard par rapport à l’objectif fixé par la Loi SRU à 25 % du nombre total de logements à atteindre en 2025.
Alors que certains le prétendent, il n’est ni possible ni responsable de s’opposer à la construction de logements sociaux : les ¾ de la population sont éligibles au logement social.

LES CONSTRUCTIONS SONT-ELLES TROP DENSES, TROP HAUTES ?
Non, à Tournefeuille les constructions ne sont ni trop hautes ni trop denses si on compare aux communes voisines. Ne pas assumer une hauteur et une densité raisonnables, c’est cautionner l’artificialisation des sols et l’étalement urbain, contraires à la transition écologique. Ces sujets se posent dans toutes les communes et en particulier dans les villes attractives de 1ère couronne comme la nôtre.

” Depuis 3 ans, j’ai mis un coup d’arrêt au nombre trop important de permis de construire délivrés. Depuis 2018, seulement 100 logements sont autorisés par an, contre plus de 500 précédemment.”

OÙ EN SOMMES-NOUS DU PROJET SOCAMIL ?
Comme tout projet d’envergure, celui de la SOCAMIL est sujet à des évolutions. Pour plusieurs raisons, le projet tel qu’il avait été dessiné ne se fera pas :

  • Un emplacement est réservé à l’implantation d’un collège sur ce site ;
  • Une surface plus importante sera réservée à l’accueil d’entreprises ;
  • Comme à Ferro-Lèbres, le site de la SOCAMIL sera un éco-quartier;
  • Des solutions innovantes répondant aux difficultés de mobilité (coworking, stationnement partagé, véhicules électriques et partagés, etc.) seront intégrées dès la conception du projet.

Le projet de la SOCAMIL ne verra pas le jour avant plusieurs années. Ce programme sera réalisé seulement si l’avenue du Marquisat en site propre pour la ligne 67 est réalisée et seulement si le boulevard urbain du Canal SaintMartory est programmé.
Les habitants seront associés à une large concertation qui conduira à une modification de l’OAP Marquisat-La Ramée au sein du PLUi-H.

VRAI/ FAUX : LES OAP FAVORISENT L’URBANISATION

FAUX. Les Orientations d’Aménagements et de Programmation (OAP) ne favorisent pas la densification mais protègent la Ville et régulent les constructions dans le temps.
Quand un promoteur achète une maison pour y construire un bâtiment collectif, la Ville n’a pas de moyens de s’y opposer. Les OAP encadrent de façon plus restrictive et définissent pour un secteur, un aménagement harmonieux et maitrisé dans le temps.
Ainsi, l’OAP est un outil de régulation qui protège et permet de faire baisser la pression des promoteurs envers les particuliers.